Stupide et injuste

Stupide et injuste !
On commence à connaître de manière plus précise les projets de la coalition qui va former le Gouvernement fédéral. Malheureusement, les intentions ne font que conforter nos craintes et notre colère.
Ne prenons que quelques exemples :
  • Relèvement de l’âge de la pension, mais aussi durcissement des dispositifs de « chômeurs avec complément d’entreprise » (anciennement prépensions) et suppression des limites au travail autori-sé des pensionnés : stupide et injuste (ceux qui sont d’accord avec cette mesure ne connaissent pas les conditions de travail et la charge psychosociale qui sont aujourd’hui la réalité de la majorité des travailleuses et des travailleurs) , avec des conséquences désastreuses pour les jeunes dont l’accès à l’emploi est ainsi rendu encore plus difficile !
  • Travail obligatoire pour les chômeurs de longue durée : ineptie sur le plan économique (risque de concurrence directe avec des emplois indépendants, de services publics, de PME, etc.), et provocation inutile qui vise à faire passer l’idée que les chômeurs se trouvent bien dans leur situa-tion (alors que nombre d’entre eux sont déjà actifs dans les ALE ou en tant que bénévoles).
  • Saut d’index et autres mesures de réduction du pouvoir d’achat, notamment sur les alloca-tions sociales : même l’OCDE recommande aux Etats européens d’en finir avec la modération salariale qui mine la reprise économique ! Et tout le monde reconnaît que si la Belgique s’en est mieux sortie jusqu’ici que les pays voisins, c’est grâce au fait que nous sommes parvenus à plus ou moins sauvegarder le pouvoir d’achat des travailleurs et des allocataires sociaux.
Apparemment, mais il fallait s’y attendre, ce gouvernement ne fait que revenir avec les recettes ultra-libérales classiques : flexibilisation du marché du travail, coupes sombres dans la protection sociale, dé-mantèlement des services publics et non-marchand, et cadeaux multiples aux entreprises et aux déten-teurs de capitaux.
Rien sur la redistribution des richesses, que du contraire, rien sur la lutte contre les inégalités, rien pour améliorer le bien-être des citoyens, sauf pour la minorité des plus fortunés d’entre eux.
Nous ne voulons pas de ce projet, et nous allons tout faire pour l’empêcher !
Des rendez-vous seront rapidement fixés par les organisations syndicales, et nous comp-tons sur chacune et chacun.
Thierry Jacques
Secrétaire Fédéral